Internationale Situationniste » Numéro 11
Situationistische Internationale
La pratique de la théorie

L’U.G.A.C. et son peuple

En mars, quelques situationnistes ayant fortuitement rencontré des membres d’une « Union des Groupes Anarchistes-Communistes » (Adresse : Édith Dard, B.P. 114, Paris-10e), acceptèrent le principe d’une discussion ultérieure sans cacher que leurs critiques seraient dures : les thèses de l’U.G.A.C., en effet, si elles proposent de dépasser l’idéologie anarchiste figée et de tenir compte d’un certain apport révolutionnaire du marxisme, vont en réalité, comme si c’était tout neuf et tout indiscutable, vers un ralliement aux pires débris idéologiques et organisationnels du sous-léninisme. Ces anarchistes-communistes disaient cependant être allés eux-mêmes au-delà des positions qu’ils avaient exprimées l’année précédente dans leur document adressé Au mouvement anarchiste international. C’était sûrement dans la mauvaise direction, car un de leurs tracts qui nous vint sous les yeux peu après alliait les deux contre-vérités qui suivent à l’argument débile que l’on va voir : « En Yougoslavie les Comités de Travailleurs gèrent les entreprises. Au Vietnam, le Viet-cong crée des comités d’autogestion populaire. En France, pourquoi pas ? »

Nous leur avons écrit aussitôt : « Vu ce tract, vous comprendrez qu’il est impossible de vous rencontrer ». Ils nous répondirent (avec en postscriptum une citation de l’Histoire du mouvement makhnoviste d’Archinoff qui donne à penser que l’U.G.A.C. se voit pour l’heure participer au commencement d’une nouvelle révolution de 1917) littéralement :

Camarades, précisément vu ce tract il est dommage que nous n’ayons pu nous rencontrer. Justement sur la façon de passer, d’une lucide critique de la société, au moyen de toucher les couches populaires au niveau où elles peuvent l’entendre, ce qui est tout autre chose qu’une démagogie. Nous croyons que votre esprit dialectique, dont la qualité nous a paru recouvrir autre chose que les habituelles aristocratiques fussent-elles arrogamment révolutionnaires — devrait vous permettre de sentir cela.

Cette conception des « couches populaires » nous paraît se passer de tout commentaire.

FORVM des FORVMs

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Publicité

Erstveröffentlichung im FORVM:
octobre
1967
, Seite 58
Autor/inn/en:

Situationistische Internationale: Situationistisch / Situationist : All das, was sich auf die Theorie oder auf die praktische Tätigkeit von Situationen bezieht. Derjenige, der sich damit beschäftigt, Situationen zu konstruieren. Mitglied der situationistischen Internationale.
Situationismus : Sinnloses Wort, missbräuchlich durch Ableitung des vorigen gebildet. Einen Situationismus gibt es nicht — was eine Doktrin zur Interpretation der vorhandenen Tatsachen bedeuten würde. Selbstverständlich haben sich die Anti-Situationisten den Begriff „Situationismus“ ausgedacht.

Licence de cette contribution:
Domaine public
Diese Seite weiterempfehlen

Thèmes de cette contribution

Schulen der Kritik